Photo gagnante du concours
" />
Vainqueur val80
bac a l honneur
" />
le bac de dav02
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités

Julien02

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 81 le Mer 23 Nov - 13:53

créer un forum


Derniers sujets
» Aquarium deux étages
par fabien80 Dim 22 Oct - 10:44

» Phytobreeder
par jamy02 Dim 22 Oct - 9:24

» Le 450 litres de julien02
par Julien02 Jeu 5 Oct - 9:24

» Mon récif en profondeur
par jamy02 Jeu 5 Oct - 7:26

» Mon nouveau bac de 140l
par jamy02 Jeu 5 Oct - 7:23

» mon nouveau reef
par jamy02 Jeu 5 Oct - 7:21

» anniversaire djedje02
par Tonyp Mer 4 Oct - 21:54

» Hello
par jamy02 Mer 20 Sep - 23:47

» stef59 et de retour lol
par bart02410 Mar 1 Aoû - 21:31

» artemia
par ortie51 Ven 23 Juin - 10:48

» amelioration de mon meuble
par ortie51 Dim 18 Juin - 11:01

» Présentation
par bart02410 Mer 7 Juin - 21:34

» un coucou et une demande d'info
par Val80 Mer 31 Mai - 21:54

» bac ikai
par bart02410 Lun 22 Mai - 22:03

» projet bac 500l
par Julien02 Jeu 18 Mai - 19:08

» nouveau du 63
par Lolo10 Mar 16 Mai - 20:53

» filtre fludisé
par ortie51 Mar 16 Mai - 7:42

» chassis
par Djedje02 Dim 14 Mai - 18:43

» Coraux
par ZyrRook Sam 6 Mai - 20:32

» méthode Balling
par Djedje02 Mer 3 Mai - 21:48

» Mon bac version 2
par Djedje02 Lun 1 Mai - 22:24

» branchement
par ortie51 Mer 26 Avr - 10:21

» Mon 840 litres
par marco62840 Sam 1 Avr - 9:24

» presentation et creation d un aquarium 210L en eau de mer
par Djedje02 Jeu 16 Mar - 18:03

» Fluval reef M60
par Benjamin80400 Mer 15 Mar - 23:21

» Publicité pour le forum
par bart02410 Ven 10 Mar - 12:28

» Point blanc
par Benjamin80400 Mer 8 Mar - 12:07

» Anniversaire nikos 02
par bart02410 Mar 28 Fév - 21:55

» identification
par Benjamin80400 Lun 27 Fév - 0:08

» bac 300L
par ortie51 Sam 25 Fév - 16:03

Les posteurs les plus actifs du mois

Mots-clés

Statistiques
Nous avons 525 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est ALJ

Nos membres ont posté un total de 52953 messages dans 2759 sujets
carte des membres


Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier


principale techniques d'aquarium recifal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

principale techniques d'aquarium recifal

Message par Gégé84 le Ven 17 Jan - 22:40

Depuis quelques années, la maintenance des coraux et des invertébrés marins dans un milieu clos n'est plus un simple rêve mais une réalité. Il existe plusieurs méthode en ce qui concerne les techniques de maintenance des coraux. Elles fonctionnent toutes, mais toutes ne sont pas adaptées à tous les types de coraux. L'article suivent a pour but de vous présenter ces techniques avec leurs atouts et leurs limites. A vous ensuite de faire le choix de celle qui conviendra le mieux aux espèces que vous désirez maintenir. Si la réalisation d’un aquarium récifal est l’un de vos projets futures.

Il existe plusieurs méthode en ce qui concerne les techniques de maintenance des coraux.

Depuis quelques années, la maintenance des coraux et des invertébrés marins dans un milieu clos n'est plus un simple rêve mais une réalité. Parmi la multitude d'espèces susceptibles d'être maintenus avec succès en aquarium comme les corallimorphaires (ex: Actinodiscus), zoanthaires (ex: Parazoanthus), actiniaires ( les anémones), alcyonnaires ( les coraux mous), un engouement tout particulier pour les scléractiniaires ( les coraux durs) est né.

On distingue deux types de coraux durs, ceux à gros polypes comme ceux des genres Euphyllia, Caulastrea, Plerogyra, etc., réputés plus faciles à maintenir, et les coraux à petits polypes comme ceux des genres Acropora, Montipora, Pavona, Pocillopora, etc., qui étaient il y a encore quelques années considérés comme impossible à tenir en aquarium et qui sont de nos jours maintenus avec succès par de nombreux aquariophiles.

Il existe plusieurs méthode en ce qui concerne les techniques de maintenance des coraux. Elles fonctionnent toutes, mais toutes ne sont pas adaptées à tous les types de coraux. Les paragraphes suivent ont pour but de vous présenter ces techniques avec leurs atouts et leurs limites.

1 ) FILTRE SEMI HUMIDE 

2 ) METHODE BERLINOISE

3 ) METHODE JAUBERT 

A vous ensuite de faire le choix de celle qui conviendra le mieux aux espèces que vous désirez maintenir. Si la réalisation d’un aquarium récifal est l’un de vos projets futures.

La méthode du filtre semi humide.

Cette technique très largement répandue depuis de nombreuses années, utilise la grande efficacité de nitrification des masses filtrantes à l'air libre sur lesquelles ruisselle l'eau venant du bac. L'eau de l'aquarium provenant d'un trop plein ou d'un déversoir, se déverse dans un réservoir sous l'aquarium en traversant des masses filtrantes à l'air libre (sable de corail ou mousse synthétique) sur lesquelles les bactéries aérobies de la nitrification prolifèrent et transforment avec une bien plus grande efficacité l'ammoniaque et les ions ammonium en nitrites puis nitrates. L'eau est également très bien oxygénée grâce à la très grande surface de contact air/eau sur les masses filtrantes. Un préfiltre mécanique souvent nettoyé ainsi qu'un écumeur efficace permettent de retirer de l'eau les particules en suspension ainsi que des protéines, acides aminés, carbohydrates et lipides avant leur transformation. Notons également que l'écumeur contribue également à l'élimination directe des phosphates et aux échanges gazeux.
Différentes masses filtrantes peuvent être utilisées comme les mousses synthétiques, les bioballes en plastiques ainsi que le sable de corail. Le paramètre critique du système est le rapport de la surface utile de fixation des bactéries sur le volume d'espace vide. Il faut absolument éviter un colmatage des masses filtrantes et favoriser la circulation des gaz dans celles-ci. Un rapport surface utile/espace vide élevé ira dans le sens d'une quantité de bactéries maximale et donc d'une nitrification maximale si l'oxygène est suffisamment disponible. En revanche si le rapport est vraiment trop élevé le risque de colmatage existe et les échanges gazeux seront moins importants. Un rapport surface utile/espace vide faible permettra de bons échanges gazeux mais si la surface utile est vraiment trop faible la quantité de bactéries sera trop peu importante pour subvenir au processus de nitrification complet (cela dépend de la biomasse de votre aquarium). Le meilleur substrat aura la plus grande surface possible et le plus grand espace vide possible. Le sable de corail de granulométrie assez élevée (5 mm à 1 cm) ne se colmate pas, est très poreux (donc surface élevée) et présente l'avantage supplémentaire par rapport aux matériaux synthétiques inertes de tamponner l'eau en relarguant des bicarbonates ainsi que du calcium et du strontium qui vont remplacés une partie des ions absorbés par les invertébrés.

Conclusion :

Un tel système de filtration est excellent dans un bac avec que des poissons mais inutile voir dangereux dans un bac récifal. Inutile car dans le bac récifal les pierres vivantes ainsi que le sable du bac principal suffisent à assurer à la fois les processus de nitrification et dénitrification. Dangereux parce que dans un tel système, la nitrification est tellement rapide que les déchets sont immédiatement transformés avant même que l'écumeur n'ai le temps de réagir. Cela a pour conséquence un accumulation des nitrates qui dépasse très rapidement la capacité de dénitrification du bac. Un bac récifal moderne ne comporte plus de masses filtrantes autres que les pierres vivantes et le sable de corail du fond du bac!

La méthode Berlinoise

C'est une méthode moderne de maintenance des coraux qui a été conçue par le club aquariophile de Berlin mené par Peter Wilkens. C'est un système naturel où la filtration est assurée par les pierres vivantes et le sable vivant, dans lequel la nature est soutenue dans sa fonction épuratrice par un certain nombre d'artifices techniques. L'élément majeur du système est sans aucun doute l’écumeur. Il a pour fonction l'élimination des déchets avant leur transformation et joue pleinement son rôle dans ce système où les pierres vivantes chargées de la filtration biologique sont plus lentes à transformer les déchets qu'un filtre biologique semi-humide. La présence permanente ou non de charbon actif dans le réservoir parfait le travail de l'écumeur en retirant de l'eau des molécules ignorées par l'écumeur et dont certaines sont responsables du jaunissement de l'eau. Enfin, certains éléments extraits de l’eau par les invertébrés comme le calcium, le strontium, l’iode et d’autres oligo-éléments doivent être remplacés. Des solutions salines de chlorure de strontium et d'iodure de potassium sont utilisées pour le strontium, l'iode et oligo-éléments nombre de sociétés proposent des compléments à doser en rapport à la quantité d’eau à traiter. Des changements d'eau de l'ordre de 5% par mois maintien également les oligo-éléments et des ajouts d’eau de chaux pour maintenir le calcium.
L'introduction la plus commode de l'eau de chaux dans l'aquarium se fait via un réacteur à calcium. Celui-ci n'est qu'une chambre d'agitation où se mélange eau osmosée et hydroxyde de calcium (Ca(OH)2) pour former de l'eau de chaux toujours saturée en calcium. Le mélange se fait par l'intermédiaire d'un agitateur magnétique réglé de façon à ce que l'eau de surface du réacteur soit de l'eau de chaux et non pas du lait de chaux dans lequel des particules d'hydroxyde de calcium sont encore incomplètement dissoutes. L'intérêt de l'eau de chaux ne réside pas uniquement dans l'apport de calcium au système mais aussi dans le phénomène de régénération des bicarbonates donc du maintien du TAC qui résulte de l'apport des ions hydroxydes (OH-). Pour les plus chimistes d'entre vous, les réactions mises en jeu au cours de ce processus de régénération des bicarbonates sont les suivantes:

2 H+ + CO32- <--> H+ + HCO3- <--> H2CO3 <--> H2O + CO2 réaction 1

2 H+ + 2 OH- <--> 2 H2O réaction 2 

L'acidité (ions H+) étant neutralisée par les ions OH- provenant de l'eau de chaux selon la réaction 2, la réaction 1 est déplacée vers la gauche favorisant donc la formation de bicarbonates puis carbonates à partir du CO2 dissous. Ce CO2 dissous doit être présent en quantité suffisante pour que la régénération des bicarbonates soit effective. Notons également que TAC et calcium peuvent être maintenus à l'aide d'un réacteur à calcaire qui utilise une injection de CO2 pour dissoudre du sable de corail.

En conclusion : 

Le chapitre sur ce système Berlinois, représente une technique cohérente et logique très adaptée au maintien des invertébrés les plus délicats comme les coraux durs bâtisseurs de récifs et les Tridacnes (Bénitiers). Ce procédé permet le maintien d'une eau très faiblement chargée en matière organique ainsi que des taux pratiquement nuls de nitrates et phosphates, laissant peu de possibilité à la pousse d'algues indésirables une fois l'aquarium bien rôdé. L'installation de ce système est bien plus simple d’utilisation, qu’il y paraît. Il me semble de mon expérience personnelle le plus adapter à des aquariophiles non expérimentés et tous les autres. J’utilise également ce système

La méthode Jaubert.

C'est sans doute la technique se rapprochant le plus de la nature après celle de Lee Chin Eng qui préconisait en 1961 de mettre des invertébrés dans une cuve garnie de pierres vivantes, sans filtration aucune et dont le brassage était assuré à l'aide de larges diffuseurs. Comme dans les aquariums de Lee Chin Eng, il n'y a pas de filtre à proprement parler dans les aquariums du professeur Jaubert de l'Université de Nice-Sophia Antipolis. Le secret de ce système le professeur Jaubert le décrit ainsi : ” Une couche d'eau confinée sous une couche de sable protégée du fouissage des occupants du bac par une grille (voir schéma).
Si la couche de sable est suffisamment épaisse et la granulométrie adaptée, un gradient d'oxygène dissous va se former dans ce sable vivant. Les bactéries aérobies de la nitrification (ammonium-->nitrites-->nitrates) vont se développer dans la couche de sable supérieur tandis que les bactéries anaérobies hétérotrophes de la dénitrification (nitrates-->azote) vont s'installer dans la couche inférieure. Un tel système peut donc théoriquement s'il est bien installé avec un sable bien ensemencé, boucler le cycle de l'azote sans recours à des changements d'eau importants nécessaires à l'élimination des nitrates s'accumulant en bout de cycle."
Et la réalité semble donner raison à la théorie puisque dans son bac expérimental un suivi des paramètres sur une période de quatre ans montre que la concentration de nitrates n'a pas dépassé les 0.35 mg/l avec 0.013 mg/l au bout de quatre ans! Quant au calcium, celui-ci a évolué dans une fourchette de 460 à 520 mg/l qui doit faire rêver certains d'entre nous. Inutile de préciser que cette concentration de calcium s'est maintenue sans apport externe de calcium. Jaubert suggère que la dissolution du sable de corail grâce aux sécrétions acides des micro-organismes permette le maintien de concentrations élevées de calcium et un PH variant de 7.8 le matin à 8.25 le soir. Précisons tout de même que dans ce système, le passage de l'eau n'est pas forcé à travers la couche de sable mais que les ions et les gaz circulent par diffusion passive. Les composés jaunissants l'eau semblent dégradés par un mécanisme inconnu, peut-être par les bactéries hétérotrophes de la dénitrification (nécessitant une source de carbone pour vivre). Ce système serait-il parfait ? Jaubert et Al après avoir étudié et comparé les flux de carbone et de calcium d'un pâté corallien de la Mer Rouge et du mésocosme de 40 m3 du musée océanographique de Monaco, ont conclu que les bilans de calcium et de carbone sont semblables dans les deux cas et sont caractérisés par une calcification et une dissolution très intense. Jaubert et al reconnaissent cependant que le mésocosme est tout de même sujet à une légère eutrophisation celle-ci pouvant sans doute être réduite grâce à quelques petites améliorations.

Conclusion :

Cette technique, bien que séduisante, demande la maîtrise de paramètres qui ne sont pas très bien définis comme l'épaisseur de la couche de sable, sa granulométrie et le type de sable utilisé. De plus, plus que toute autre, elle nécessite beaucoup de patience et de retenue pendant la phase d'acquisition des invertébrés et des poissons. Pour ces diverses raisons et malgré les résultats indiscutables enregistrés avec cette technique au Centre de Biologie Marine de l'Université de Nice-Sophia Antipolis, à l'Observatoire Océanologique Européen de Monaco, et au Musée Océanographique de Monaco, l'installation de ce système me semble difficilement conseillable à des aquariophiles non expérimentés.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Administrateur de la Famille Aquarecifal02  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Gégé84
Admin

Localisation : le Pontet 84130
Date d'inscription : 11/01/2014
Age : 49
Messages : 6695
Points : 7481
Réputation : 0

Revenir en haut Aller en bas

Re: principale techniques d'aquarium recifal

Message par jamy02 le Sam 18 Jan - 7:05

merci gégé Very Happy 

jamy02
Admin

Localisation : st-quentin 02100
Date d'inscription : 17/12/2013
Age : 40
Messages : 4719
Points : 5012
Réputation : 10

http://aquarecifal02.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum